Des trucs pour épargner sans douleur!

3 Mai 2012

Article originalement publié sur Cyberpresse

(Montréal) Réduire ses dépenses sans souffrir, mettre des sous de côté distraitement, c’est possible ? Pour l’épargne indolore, des conseillers et des experts nous font leurs suggestions. Gratuitement.

D’abord, un peu d’ordre

« J’aime les chaussures », confie Sophie Labonne, planificatrice financière à la Banque Scotia. Elle n’a découvert que récemment à quel point. Pendant un an, elle a payé tous ses achats avec sa carte de débit, question de voir combien et où elle dépensait. Chaque soir, les reçus de caisse étaient glissés dans un classeur à soufflets, divisé par catégorie – nourriture, restaurant, vêtements, chaussures, etc.

À la fin de l’année, elle a appris qu’elle consacrait 7000 $ aux vêtements, dont 3000 $ en chaussures. « Moi qui est planificateur financier, je ne m’en étais jamais rendu compte. » Bref, il faut savoir où fuit l’argent.
Hélène Bronsard, vice-présidente chez Raymond Chabot Gestion privée, est du même avis : « Un des bons moyens d’économiser est d’être bien organisé. » Pour y arriver, elle utilise deux outils. Elle paie tous ses achats avec une seule carte de crédit. «  On reçoit son relevé et on voit tout ce qu’on a dépensé. » Elle s’assure aussi de recevoir à la maison son relevé bancaire mensuel. « Je consulte les deux documents », dit-elle.

Bien jouer sa carte de crédit

Payer l’ensemble des achats de biens et service avec sa carte de crédit comporte un autre avantage, indique Hélène Bronsard : on accumule ainsi les points-bonis, milles aériens et autres remises en argent.

Une remise de 1 % sera par exemple versée au REER ou appliquée au remboursement de l’hypothèque. Des centaines de dollars peuvent ainsi être économisés chaque année. « Mais on doit avoir une solide discipline », avise Jacques Audet, de l’ACEF de l’Est de Montréal. « Il faut une seule carte de crédit et un solde à zéro. »

Automatisez le remboursement

Si le solde de votre carte de crédit se perpétue, la conseillère en sécurité financière Nathalie Lacharité a une suggestion : automatisez un remboursement mensuel minimal à partir du compte bancaire. Vous vous assurez qu’il s’agit là d’un paiement prioritaire qui ne s’effacera pas devant la première tentation venue. « Quand on recevra le relevé, si on est capable d’en mettre plus, on en mettra plus », ajoute-t-elle. Et voilà autant d’intérêts payés en moins.

Budgétez l’épargne comme une dépense

« Un des meilleurs trucs pour économiser, c’est de placer l’épargne comme dépense prioritaire, constate Hélène Bronsard. Les gens ont tendance à épargner l’argent qui reste après les dépenses. » S’il en reste.

Assurance auto et habitation

Le conseil est simple : magasinez. « Les marchés demeurent compétitifs et il vaut vraiment la peine d’aller sur internet faire des soumissions en ligne et d’appeler quelques assureurs », assure Alexandre Royer, porte-parole du Bureau d’assurance du Canada. « Pour un même risque, la prime peut varier du simple ou double. »

Haussez franchement la franchise

C’est un autre classique : vous pouvez réduire votre prime d’assurance auto ou habitation en haussant la franchise. « C’est le risque que vous êtes prêt à assumer vous-même advenant une perte », explique Alexandre Royer. Pourtant, certains assureurs proposent exactement l’inverse : la franchise à 0 $. Encore une fois, comparez entre plusieurs assureurs. « Demandez des scénarios », avise M. Royer.

Hypothèque

Si votre taux hypothécaire est élevé, une renégociation du contrat pourrait vous procurer de substantielles économies, en dépit de la pénalité à payer. Faites faire le calcul. « Si vous étiez capable de faire ce paiement avant, observe Sophie Labonne, pourquoi ne pas diriger la différence vers un plan d’épargne automatique, dans un CELI notamment ? » Ou dans votre REER, si les droits de cotisation ne sont pas comblés. Vous gagnez sur les deux tableaux.

Cafés, bouteilles d’eau et gestion du liquide

« Le budget que vous utilisez pour acheter des bouteilles d’eau à gauche et à droite, pourquoi ne pas le diriger vers un plan d’épargne automatique ? », s’enquiert la planificatrice financière Sophie Labonne, de la Banque Scotia. En fait, avec l’eau, elle introduit l’idée de la gestion des petites liquidités. Le café, par exemple. « Le double latte est rendu à plus de 3 $. Multipliez ça par cinq jours, vous avez 15 $. Multipliez ça par quatre semaines, vous avez 60 $ par mois. Multipliez par 12 mois, vous obtenez 720 $. Et ce n’est qu’un exemple. »

Elle en a d’autres de la même eau…

Économies poches mais dans vos poches

Amener son lunch ? « Je le sais, les gens trouvent ça poche », reconnaît Sophie Labonne. Mais c’est plus d’argent dans vos poches. « Dîner chez McDonald’s coûte 8 $, observe-t-elle. Vous en coupez un par semaine, fois quatre semaines par mois, fois 12 mois par année. » Et vous en avez déjà pour 400 $.

Assurez-vous de ne pas dépasser les limites de votre forfait de cellulaire, suggère-t-elle encore. Peut-être 15 $ de moins par mois ? Voilà encore 180 $ en bout d’année.

Ne retirez de l’argent comptant que dans les guichets de votre institution. On économise ainsi jusqu’à 3,50 $ par retrait. Si vous faites deux retraits de moins par mois, vous laissez 84 $ de plus dans votre compte chaque année.

« C’est à coups de 3 $ qu’on économise », insiste Mme Labonne.

Mettre la monnaie de côté

Sophie Labonne en profite pour mentionner un produit de son institution – c’est de bonne guerre. Le programme Déposez la monnaie est l’équivalent de verser sa petite monnaie dans un bocal à tous les soirs. Chaque achat payé avec la carte de débit est arrondi à la tranche d’un dollar ou cinq dollars supérieure, au choix. Cet excédent est automatiquement déposé dans un compte d’épargne. « En un an, j’ai économisé1102 $ et je ne m’en suis pas rendu compte, narre Mme Labonne. Pour les utilisateurs de cartes de guichet comme moi qui veulent un moyen de mettre de l’argent de côté sans peur, sans douleur et qui ne paraît pas, c’est l’idéal. »

Cessez de fumer et devenez riche

C’est le slogan de Gaétan Veillette, planificateur financier chez Investors. Vous le savez déjà, vous pourriez économiser 200 à 300 $ par mois en cessant de fumer. Mais pour accroître cette motivation, Gaétan Veillette ajoute quelques lignes à l’addition.

« Si je fume plutôt que de payer mes dettes, la quote-part correspondante du coût de crédit doit être ajoutée aux coûts du tabagisme », fait-il valoir.

Avec cet argent, le fumeur pourrait plutôt choisir de combler ses cotisations REER. En continuant à fumer, il se prive du remboursement d’impôt et du rendement que produirait cet investissement.

« Être fumeur double les primes d’assurance vie à un certain âge, et fait donc partie du coût du tabagisme », informe-t-il. Même réflexion à l’égard de l’assurance habitation, qui peut coûter « de 5 à 10 % de plus, selon les compagnies d’assurance, lorsqu’il y a un fumeur qui fume soit à l’intérieur, soit à l’extérieur de la maison. »

Consolidez vos dettes

Avec les taux hypothécaires à leur plus bas, une marge de crédit ordinaire ou hypothécaire vous permettra peut-être de consolider quelques dettes coûteuses, notamment du côté des cartes de crédit.

« Il existe beaucoup de stratégies, indique Gaétan Veillette. La consolidation n’est pas accessible dans tous les cas mais ça devrait être un exercice à considérer pour atténuer le coût du crédit dans la gestion de ses dettes. »

L’intérêt d’être travailleur autonome

« Les travailleurs autonomes devraient faire un réaménagement de leur budget et de leur bilan financier pour avoir un plus grand pourcentage de dettes déductibles d’impôts », professe Gaétan Veillette. S’il faut emprunter, mieux vaut réduire les dettes personnelles pour augmenter les dettes d’affaires.

Crédits d’impôts à la retraite

Le fractionnement des revenus de retraite peut déjà faire économiser en impôts des centaines, voire des milliers de dollars. Mais il existe d’autres stratégies. « Ceux qui s’approchent de la retraite devraient s’organiser pour aller chercher les 2000 $ de crédits d’impôts pour revenu de pension », suggère Gaétan Veillette.

Il donne l’exemple suivant : si on détient un REER de 100 000 $, on pourrait en consacrer 15 000 $ ou 20 000 $ à l’achat d’une rente temporaire qui verserait 2000 $ par année, « admissibles au crédit d’impôt non remboursable de 2000 $ par année par personne ».

Humilité au supermarché

« Profiter des soldes et coupons-rabais des circulaires est une des façons les plus avantageuses d’économiser, expose Jacques Audet, préposé aux communications à l’ACEF de l’Est de Montréal. Moi-même je le fais et ça fonctionne. »

La réduction de prix peut atteindre 35 à 50 %, affirme-t-il. Avec un peu de planification – lire entreposage préventif -, il estime qu’une famille de quatre personnes peut économiser jusqu’à 40 $ par semaine.

De la même façon, baissez humblement le regard dans les allées du supermarché. La vertu est récompensée avec des économies de 25 à 30 % sur les produits qui ne sont pas à hauteur des yeux, indique M. Audet.

« On peut parler d’économies de bouts de chandelles, convient-il, mais quand on met tout ça ensemble, on peut peut-être économiser 500 $ ou 1000 $ en bout d’année. » Mais on peut préférer la brûler par les deux bouts…

Entretenez votre maison

« Il faut d’abord prévenir plutôt que guérir, formule Brigitte Roussy, relationniste de CAA-Québec. Les gens entretiennent peu leur maison. » Les réparations et les achats qui s’ensuivront seront beaucoup plus coûteux. « Si vous devez investir, procéder à un achat important, un climatiseur par exemple, son utilisation vous coûtera moins cher si vous avez calfeutré et fait le tour des infiltrations d’air, dit-elle. Idem pour le chauffage. »

Assurance vie temporaire

Votre assurance vie temporaire arrive à échéance et vous songez à la prolonger ? La probabilité que vous soyez en mauvaise santé à l’échéance est prise en compte dans la prime de renouvellement, signale Nathalie Lacharité, conseillère en sécurité financière. Si vous êtes en bonne santé, il vous coûterait peut-être moins cher de signer un nouveau contrat, « d’autant plus que les primes d’assurance temporaire ont tendance à diminuer », souligne-t-elle.

Demandez à votre conseiller combien vous coûterait une nouvelle assurance temporaire de même période que le renouvellement et comparez les primes. Vous courez le risque qu’elles soient moins élevées.

Assurance vie : pour protéger qui ?

Certains proposent une assurance vie au bénéfice de ses petits-enfants, qu’on peut acheter sans examen médical entre 60 et 75 ans. « À 75 ans, quelle est notre responsabilité financière envers quelqu’un ? On n’est pas tous des Claude Dubois ! », lance Pierre Larose, planificateur financier spécialisé en assurance de personne.

Voici la vraie question : votre décès cause-t-il un préjudice financier à un proche que vous voulez protéger ? Si oui, de quel ordre ? Et de combien votre décès réduirait-il les dépenses de votre ménage ?

« Il ne faut jamais acheter de l’assurance vie sous le coup de l’émotion, ni sans d’abord faire une analyse des besoins », insiste Pierre Larose.

Ne vous assurez pas par morceaux

Assurance vie sur l’hypothèque, sur le prêt auto, sur le solde de la carte de crédit ? Une assurance vie bien adaptée couvre l’ensemble du coût de vie, prêt auto et hypothèque incluse. « Dans 90 % des cas, il va coûter moins cher d’avoir un contrat privé que d’aller chez une institution », affirme Pierre Larose.

Dépréciation, ennemie de l’automobiliste

Même si vous vous contentez de la garer chez vous pour en admirer la couleur, votre véhicule vous coûte 10 $ par jour. « Les deux choses qu’il faut attaquer, c’est la dépréciation et les intérêts », rappelle George Iny, président de l’Association pour la protection des automobilistes. « Si vous avez un véhicule payé, pensez à le conserver. Si vous avez le choix entre un véhicule neuf ou d’occasion, le véhicule d’occasion vaudra souvent la peine. »

L’essence de l’économie

En hiver, un chauffeur-moteur peur réduire la consommation de carburant de 10 %, rappelle CAA-Québec. Le gonflage adéquat des pneus, le retrait d’un porte-bagage qui ne sert pas, la réduction du poids superflu permettront d’économiser quelques dizaines de dollars par année.

En réduisant sa vitesse sur l’autoroute, en conservant une plus grande distance avec le véhicule qui nous précède de manière à réduire les ralentissements, bref en utilisant la méthode de conduite économe, l’effet sur le réservoir peut atteindre 10 %.

Entretien bien dosé

Faites l’entretien semi-annuel indiqué dans le manuel d’entretien… mais pas plus. « Dans une concession ou une grande surface, la personne au comptoir de service reçoit une commission ou une prime pour les suppléments qu’elle vous suggère », rappelle George Iny.

Il prodigue un autre conseil : les propriétaires de voitures qui prennent de l’âge devraient consulter les pages sur les véhicules d’occasion dans la parution annuelle de Protégez-vous sur les autos, à laquelle l’APA prête son concours. Les avis, mises en garde et précautions qu’on y trouve pour les différents modèles sont aussi utiles aux propriétaires de ces véhicules qu’à ceux qui les magasinent.

Les valeurs de vos enfants

Une dernière précaution pour l’avenir ? « Il faut être conscient des valeurs que l’on transmet à nos enfants, énonce Hélène Bronsard. Si on traîne ses enfants dans les centres commerciaux quand ils sont jeunes, on peut être certain qu’un jour, ce sont eux qui vont nous traîner au centre commercial. »

Inventoriez vos biens

Avant de renouveler votre assurance habitation, faites l’inventaire de vos possessions. « Ce devrait être le point de départ de la démarche pour assurer ses biens, indique Alexandre. Royer. Ça permet de chiffrer la valeur de ses biens-meubles pour éviter d’être insuffisamment assuré d’abord, mais également d’être trop assuré. »

Une seule assurance voyage suffit

« Il y a des gens qui ont trois assurances voyage, signale Pierre Larose : deux avec leurs cartes de crédit, une autre avec leur club automobile et quand ils vont à l’étranger, ils en achètent une quatrième avec leur agence de voyage. » Et ils en ont peut-être une cinquième avec l’assurance collective de leur employeur. Bref, faites le ménage avant le voyage.

Assurance collective

« Quand on fait une analyse avec un couple, on s’aperçoit quelquefois que les deux sont couverts dans un régime familial d’assurance collective, relève Nathalie Lacharité. Il y en a un qui paie pour rien. »

Ne multipliez pas non plus les contrats d’assurance vie. « On évite ainsi les frais de polices annuels récurrents, ajoute Hélène Bronsard. Si on a trois polices d’assurance vie, on paie trois fois les frais de police inutilement. »

Placements coûteux

« Évitez les placements avec frais d’entrée et frais de sortie », avise Hélène Bronsard.

À bas les frais bancaires

« Si on a les moyens de maintenir 2000 $ dans notre compte chèque, on n’a aucun frais bancaire », informe Jacques Audet.

Une économie de 10 $ par mois correspondrait à un rendement de 6 % sur ces 2000 $. Sans aucun risque.

Chauffage

Hydro-Québec insiste depuis des années : un thermostat électronique programmable peut faire économiser jusqu’à 10 % des frais de chauffage. Sur une facture annuelle de 2000 $, c’est 200 $ qui ne sont pas grillés.

Chauffe-eau

Après le système de chauffage, le chauffe-eau est l’appareil le plus énergivore de la maison. Toute économie d’eau chaude se déverse donc dans votre compte bancaire. On connaît le principe : lessive à l’eau froide, lave-vaisselle bien rempli…

Jacques Audet recommande de recouvrir votre vieux chauffe-eau d’une gaine isolante et de réduire la température de l’eau à 49 °C.

Téléphonie et télécommunications

Un petit rappel téléphonique : « Il est parfois intéressant de réviser la structure tarifaire de notre cellulaire, et de se demander si on a besoin en plus d’un téléphone domestique », suggère Gaétan Veillette. « Il y a beaucoup d’offres intégrées internet-téléphone-cellulaire. Faire affaire avec un seul fournisseur pourrait permettre de mieux gérer ces coûts. »

Points de fidélisation inutilisés

« J’entends souvent les gens me dire qu’ils ne se serviront jamais de leur points de fidélisation », relate Nathalie Lacharité. Utilisez-les au moins pour faire des cadeaux, suggère-t-elle.

Une seule voiture

« Faites l’inventaire de vos véhicules et pensez à en vendre un », avise George Iny. C’est peu tentant ou impossible pour bien des gens, il est vrai. À tout le moins, le conducteur qui fait le parcours le plus court pourra utiliser le véhicule le plus gourmand, suggère-t-il.

« Le covoiturage est une solution qui est très négligée – et c’est triste parce qu’elle permet des économies monstres », ajoute M. Iny. « Ça ne demande aucune technologie, à part une montre. »

Vous songez à déménager ?

-Ne choisissez pas un environnement trop exigeant, conseille Hélène Bronsard. Le phénomène des voisins gonflables coûte cher en décoration somptueuse, en aménagement paysager luxuriant et en véhicules tape-à-l’oeil.

 

De Marc Tison La Presse





 

Publié dans Blogue, Chronique financière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.