Découvrez si votre solde de carte de crédit est plus élevé que la moyenne des Canadiens?

9 Mai 2012

D’après les grandes lignes d’une étude publiée par RateSupermarket.ca, plus de 60% des Canadiens regrettent leur niveau d’endettement actuel.  Plus de 26% des répondants confirment un solde à payer de plus de 5000$ sur leur carte de crédit.  Pire, près de 10% d’entre eux doivent plus de 10 000$ et 41% des participants confirment traîner une dette de plus de 3000$ sur leur carte de crédit respective.

L’étude mentionne une dette moyenne de 3278$ pour le détenteur canadien. Est-ce que votre solde dû se veut plus élevé que celui détenu par le consommateur canadien?

L’étude soulève également le déni dont font preuve certains consommateurs relativement à leur endettement respectif. La majorité des répondants (53%) sont d’avis qu’ils possèdent moins de dettes que le Canadien moyen. Près de 26% des gens considèrent leur endettement comme étant dans la moyenne, alors que près de 16% d’entre eux se doutent d’être plus endettés que ladite moyenne. En tenant compte exclusivement de la carte de crédit, la très grande majorité des répondants (61%) sont d’avis qu’ils possèdent moins de dettes que le Canadien moyen. Et pourtant!

Pour 39% des 2929 participants au sondage, le solde à payer qui perdure mois après mois sur leur carte de crédit – entraînant ainsi le paiement obligé de frais d’intérêts à taux astronomique – se veut un souci d’importance.

Près du tiers des répondants auraient d’ailleurs admis regretter certains des achats effectués par l’entremise de leurs cartes de crédit. Les petits achats fréquents et répétitifs comme l’achat de vêtements, les sorties au restaurants et l’offre de cadeaux à des proches seraient davantage responsables du solde à payer sur des cartes de crédit que des achats occasionnels et plus dispendieux.

Le fait de payer à répétition le montant minimum sur ses cartes de crédit se veut d’ailleurs l’un des signes précurseurs d’un endettement trop important. Un solde important à payer sur des cartes de crédit démontre souvent une incapacité budgétaire à faire face à certains imprévus ou certains coups durs de la vie. Dans le même ordre d’idées, l’utilisation du crédit pour «financer» l’acquisition de biens de base, tels que la nourriture, des vêtements, des médicaments, démontre une contrainte financière à ne pas prendre à la légère.

Notre conseil? Une sérieuse prise de conscience conjuguée à des actions rapides permettent souvent de se sortir de l’endettement. Idéalement, personne ne souhaite arriver au dépôt volontaire, à la proposition du consommateur ou pire, à la faillite.  Advenant une telle éventualité, cependant, des conseillers en réorganisation financière et syndics de faillite peuvent vous permettre d’obtenir un nouveau départ.

Source: RateSupermarket.ca




DOMINIQUE LAMY
Suivez-moi sur Twitter: @domlamy

 

 

Publié dans Blogue, Chronique financière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.